Carnet de route

Cantal

Le 14/12/2018 par Mante Christine

ESCAPADE DANS LE MASSIF CANTALIEN

Du 17 au 23 juin 2018

Une semaine dans le Massif Cantalien ou Monts du Cantal, situés dans le parc régional des Volcans d’Auvergne, guidés, choyés par une organisation « béton »de notre guide Claude, heureux d’être cette fois comblé par une météo au beau fixe!

« Cant » : brillant, évoque l’ensemble de ces monts en forme circulaire, d’un diamètre de 50 à 70 kms, modelé par l’érosion d’anciens glaciers, et ses vallées entrecoupées de plateaux basaltiques où paissent des salers à la robe rouge/ bordeaux,aux cornes majestueuses parfois coupées.

Partis sacs à dos de Super Lioran, nous voici dans un dénivelé très correct pour nous mettre en jambes ; la brume ne nous permet pas d’admirer le Plomb du Cantal (1855m), qui est le point culminant. Le lendemain nous referons l’ascension et le verrons à découvert. Un jeune couplequi tient le premier gîte tout neuf, nous accueille avec beaucoup de gentillesse et le lendemain nous traversons par une ancienne voie romaine, col, Puys pour arriver dans un gîte exceptionnel, luxueux avec piscine chauffée à l’extérieur. On me l’a bien répété : « Ne crois pas que ce sera comme cela tout le séjour ! ».

Les matins, les montées sont souvent raides et les chemins encore boueux des semaines précédentes mais, mis à part les tiques qui profitent de nos peaux gorgées de sueur, nos yeux sont ouverts sur des pâturages irrigués par les nombreux ruisseaux qui donnent ce « pays vert » que déjà les Celtes avaient repéré.

Notre groupe avance dans la bonne humeur et fera une pause pour permettre à la plupart de grimper sur le Puy Griou, conique dôme de phonolite, qui nous fera expérimenter un peu d’escalade.

La nuiten chambres partagées nous fera découvrir un très joli gîte « Vert azur » aux rosiers grimpants, tenu depuis peu par un jeune ménage : cyclistes, randonneurs et skieurs de fond diversifiant leur accueil.

Le Puy Chavaroche, le col du Redondet et la roche Tallaide nous valurent une aventure dont certains se seraient fort bien passé. En effet, après une matinée de douleurs pour Robert qui trainait un talon, il fut décidé de nous séparer en deux groupes pour éviter  une ascension. Cependant, malgré carte et GPS, pas de sentier et au lieu de descendre directement, nos vaillants marcheurs durent dévaler des pentes hors sentier, marchant au milieu d’essaims sur des éboulis instables. Après des messages par portables interposés, Claude, Jean et Josette allèrent à la rencontre de nos amis courageux pour les soutenir, porter leurs sacs et leur donner de l’eau. De l’émotion et du retard sur notre horaire d’arrivée mais aucune conséquence grave. Le gîte permit à tous de récupérer et les conversations ce soir-là tournèrent autour de l’épopée Cantalienne.

Une belle journée avec Le Falgoux par le Puy Violent, le restaurant de Louis, sur la place de l’église le soir de la fête de la musique (avec concert celtique) et le lendemain, un chauffeur pour Robert, que nous retrouvons sur une jolie terrasse au gîte du Puy Mary.

Pour la gastronomie, le fromage de Salers fait notre régal quotidien ; la Truffade aux pommes de terre rissolées, le pâté de pommes de terre, des lentilles et bien sûr du cantal, du bleu d’Auvergne…Rien de bien léger mais toujours délicieux et bien servi.

Dernière ascension au Puy Mary ou Marius. On raconte que lors de la persécution en l’an 251, Austremoine accompagné de Mamet, Nectaire …arrivèrent dans une caravane de potiers qui allait vers un centre de céramique. Ils empruntèrent certainement la voie Aurélienne ou Dométienne.Mary, quant à lui aurait vécu entre le VIème et le VIIème siècle ; la légende permet de croire qu’il vécut en ermite et évangélisa l’Auvergne.

L’ascension de ce puy a été différente des autres : point de rencontre de plusieurs routes en lacets, fameuses pour les motards, nous avons fait l’ascension avec certains d’entre eux, par des marches de béton pour arriver à un point culminant : de là-haut, à 1783 m, une vue magnifique au carrefour de plus de 20 vallées, au sommet du plus grand stratovolcan d’Europe, classé « grand site », un de ces géants d’Auvergne, le plus ancien, à lui seul un seul volcan. Cependant le vent est au rendez-vous et des bourrasques dans la descente requièrent toute notre attention, un vrai exercice d’équilibriste !Puis la brèche Rolland typique et dont la descente est en surplomb, et pour boucler la boucle, le col de Cabre et le retour à Super Lioran pour trinquer à la santé de chacun, heureux de ces 7 jours en pleine nature.







CLUB ALPIN FRANCAIS ANNONAY
CLUB ALPIN FRANÇAIS D'ANNONAY
2 RUE DU BARIL
07100  ANNONAY
Permanences :
vendredi 18h00 19h30
Activités du club