Carnet de route

Mauritanie

Le 31/03/2020 par Christian Rouchier

MAURITANIE DU 25/01 AU 08/02/2020

 

Découverte du massif l'Adrar en Mauritanie par quatre cafistes d’Annonay (Bernadette, Jean, Jean-Paul, et Christian)

Après une nuit à Paris, nous voici partis en direction de l'Adrar, petit aérodrome perdu au milieu du désert mauritanien.

Sitôt posés nous constatons le dépaysement car pas moins de 10 personnes sont utiles pour mettre l'escalier en place. Quelques mètres plus loin nous voici à l'aérogare, canalisés par un militaire aux bottines fantaisie très bien cirées ; récupération du visa, passage des contrôles et nous faisons la connaissance de HOUMED qui sera notre guide durant le trek et de BOUBACAR, représentant d'Alibert à ATAR.

Nous sommes immédiatement installés dans nos véhicules en direction des ruines de Fort Sagane construites pour les besoins du film du même nom ; puis nous faisons une halte sur la route de Chinguetti pour admirer quelques peintures rupestres avant une visite rapide de la vieille ville qui a été désensablée il y a quelques années et la visite d'une bibliothèque avec de nombreux ouvrages très anciens. Le conservateur qui est aussi imam nous présente ces ouvrages, quelques vieux ustensiles, l'islam mauritanien qui est très tolérant. Retour à notre hébergement où nous prenons une bonne douche qui est très appréciée car la prochaine, à l'aide d'une boîte de conserve, ne sera que dans 8 jours.

Le lendemain lever à la pointe du jour pour le petit déjeuner, rencontre avec nos chameliers et notre cuisinier, puis départ en direction de l'oasis de Lagueila, où nous faisons une halte pour le déjeuner et une bonne sieste, ce qui sera le rituel durant tout notre séjour. Départ vers 15 h sous le soleil qui commence son déclin. Les températures sont bien plus élevées que celles auxquelles nous nous attendions, heureusement le vent est presque permanent ce qui nous permet de supporter ces températures qui oscillent entre 36 et 40°. Le soir à la lueur du feu nous prenons le repas préparé par notre cuisinier, avec un potage de légumes passés à la moulinette. Nous assistons à la fabrication de galettes de pain (avec une croûte délicieuse) qui nous sera servi tous les matins. Nos chameliers préparent ces galettes (mélange de farine, levain et eau) chaque jour à tour de rôle, puis cuisson dans le sable préchauffé par le feu de camp. Même Jean qui fabrique son pain sur les hauteurs d'Arcens est en admiration. Le soir en fin de repas nous avons droit à la cérémonie du thé mauritanien qui est très court et très sucré.

Pour notre première nuit dans le désert chacun choisit son hébergement, soit sous tente, soit au clair de lune, qui en ce début de séjour est presque absente, ce qui nous permet d'observer les étoiles au coucher et de voir de nombreuses étoiles filantes.

Nous marchons sur des cordons dunaires aux couleurs changeantes suivant le sable qui les compose et nous traversons de nombreux regs. Nous franchissons la montagne de Zarga puis traversons quelques villages qui nous semblent assez déserts mais notre guide nous explique que beaucoup d'habitants travaillent en ville et reviennent au village uniquement pour la Guetna (récolte des dattes en août - septembre). Seuls restent au village les bergers pour s'occuper des troupeaux de chèvres et de dromadaires.

Après 5 jours de trekking à travers dunes et regs nous arrivons dans l'oued d'Ichif où, à notre grande surprise il reste de l'eau, ce qui nous permet de faire quelques brasses après le repas de midi.

Le lendemain nous nous dirigeons en direction des tours rocheuses du sommet de Chatou El Kébir puis nous montons une dune pour mieux admirer la vallée blanche, mais ici pas de mer de glace, mais une mer de sable du plus bel effet que nous traverserons après avoir dévalé la dune de220 m, chacun avec son style, puis encore une dune à franchir pour arriver à notre bivouac dans la passe de Tivoujar.

Les jours suivants nous ferons le tour du massif de l'Amatlich pour retraverser la vallée blanche en direction de Tergit qui sera la dernière oasis de notre trek. Nous découvrons la résurgence d'eau chaude de Tergit qui sort au pied de la falaise. Après avoir traversé une palmeraie assez importante, mais hélas un peu à l'abandon, nous prenons notre dernier repas à l'ombre des acacias avant le retour dans nos véhicules en direction d'Atar, où nous attendent une bonne douche et un toit, ce qui va modifier nos habitudes des nuits à la belle étoile.

C'est ainsi que se termine notre périple mauritanien.

Un trek qui ne nous laisse que de bons souvenirs et beaucoup de découvertes.

Christian ROUCHIER







CLUB ALPIN FRANCAIS ANNONAY
CLUB ALPIN FRANÇAIS D'ANNONAY
2 RUE DU BARIL
07100  ANNONAY
Permanences :
vendredi 18h00 19h30
Activités du club