Carnet de route

Géologie

Le 13/12/2018 par Françoise Porchez

SORTIE « GÉOLOGIE » DANS LE VERCORS

Le samedi 1er septembre, dans le cadre de l’action « Que la Montagne est belle » de la FFCAM, Marika nous a proposé une courte, mais très belle randonnée à dominante « géologie » dans le Vercors.

Avant d’arriver au lieu de départ de la rando, arrêt au bord du canyon des Écouges : on est bien obligés de croire Marika sur parole quand elle nous décrit son caractère spectaculaire, ses bords resserrés, son étroitesse, … malheureusement, il y a du brouillard et c’est tout juste si on distingue la paroi opposée, pourtant toute proche. Marika nous expose néanmoins les principes de base de la géologie (étude du terrain qui permet de dater et de retracer l’histoire d’un massif), la leçon commence…

Elle se poursuit au parking de la Siva, point de départ de la rando : grâce à Marika qui le fait « parler », l’observation d’un petit talus,bien insignifiant au premier abord,nous donne pourtant des informations précieuses sur la formation du Vercors, résultat de millions d’années de mouvements de la croûte terrestre, de soulèvements, de déformations, de dépôts d’alluvions et d’érosion.On a enfilé les blousons, les gants et même les bonnets, et l’évocation de la mer chaude aux eaux turquoises qui s’étendait là il y a des millions d’années nous réchauffe un peu.On sort les pics pour détacher quelques pierres et pouvoir observer le calcaire à la loupe ; en fonction de la taille des grains et de l’état des fragments de fossiles qu’on y trouve, Marika peut même nous décrire les mouvements de cette mer! On est bluffés !Non loin, une école désaffectéetémoigne qu’à la fin du siècle dernier, cette partie reculée du Vercors était encore très peuplée, avec de nombreux hameaux où vivaient de grandes familles.

Puis c’est le « vrai » départ de la randonnée, dans la forêt des Coulmes. Au cas où on l’aurait oublié, les colchiques dans les prés nous rappellent que c’est la fin de l’été… Arrêt pique – nique au hameauabandonné de la Grande Goulandière, au milieu d’une grande prairie : une seule maison a été rénovée, c’est un refuge aménagé sommairement pour les randonneurs de passage. Redémarrage : on passe vers un autre hameau délaissé, la Petite Goulandière. Le brouillard s’est un peu levé quand on arrive au belvédère du Pas du Ranc, qui domine les gorges et les falaises de la Bourne ; là, un arrêt s’impose pour observer les différentes couches de calcaire des falaises, les synclinaux, anticlinaux, une cascade, des failles, qui racontent la formation tumultueuse du Vercors.

On va jeter un coup d’œil au pas du Ranc, juste au - dessus de la grotte de Choranche.

On a alors atteint le point le plus bas de la randonnée. La remontée se fait sur une longue dalle de calcaire qui comporte de nombreux fossiles de rudisteset de gastéropodes : il faut d’abord l’œil expert de Marika pour les déceler, ensuite on en voit partout et on ne sait plus où poser les pieds pour les éviter.

Avant de rejoindre les voitures, arrêt à la grotte de Pralétang, campement temporaire de chasseurs – cueilleurs du Néandertal, il y a 46 000 ans environ, mais aussi abri pour les ours des cavernes dont on peut retrouver des traces de griffures au fond de la grotte; l’accès est bas et étroit, mais ensuite la grotte s’élargit et, à la lueur des lampes, on peut l’emprunter sur plusieurs centaines de mètres et observer des (petites) stalagtites.

Merci à Marika et à son aide Barnabé pour cette sortie familiale (et oui, nous avions deux jeunes compagnons : Robin, 18 mois et Cerise, 8 ans, ce qui n’est pas courant dans nos sorties…), conviviale et très intéressante : dorénavant, nous ne verrons plus les montagnes, ni les « cailloux » de la même façon!







CLUB ALPIN FRANCAIS ANNONAY
CLUB ALPIN FRANÇAIS D'ANNONAY
2 RUE DU BARIL
07100  ANNONAY
Permanences :
vendredi 18h00 19h30
Activités du club