Carnet de route

Patagonie

Le 13/04/2018 par Annie Convers

Un voyage terminé et voilà qu’un nouveau projet naît...

«Allo Vincent, peux-tu nous établir un programme pour la Patagonie?».

Du 17 novembre au 8 décembre 2017, 12 cafistes d’Annonay (Patricia, Christian – Nicole, Raymond - Simone, Alain- Bernadette, Christiane - Annie, Hubert) plus 4 cafistes Biterrois (Michel, Francis, Françoise, Martine) partent pour les grands espaces, encadrés par Vincent.

19 heures de vol (Lyon Francfort –Francfort Buenos Aires – Buenos Aires Ushuaia).

Petite escale à Buenos Aires pour quelques heures. Ville cosmopolite. Petit tour au vieux quartier de La Boca (La bouche). Aux terrasses des restaurants, on assiste à des spectacles de tango.

Place de Mai: Les « Mères de la place de Mai » est une association des mères argentines dont les enfants ont été assassinés pendant la répression d'État (« guerre sale »). Elles effectuent des rondes hebdomadaires depuis le 30 avril 1977 autour d’un obélisque pour manifester leur détresse.

Depuis la chute du régime dictatorial en 1983, 11 000 disparus ont été formellement identifiés par l’État Argentin mais les historiens et les Mères de la place de mai évaluent à 30 000 le nombre total de disparus.

Puis nous prenons un vol pour Ushuaia. Au bout de la Patagonie, il y a la Terre de Feu et au bout de la Terre de feu, il y a Ushuaia, la ville du bout du monde, située entre le canal de Beagle et des montagnes déchiquetées.

Après le repas, nous visitons le musée des baleines et autres cétacés puis nous partons en zodiac vers l’île Martillo pour observer les manchots de Magellan, les lions de mer, les cormorans.

Le lendemain, départ pour une randonnée jusqu’au col Del Médio (930 m) où nous profitons d’une vue immense sur le canal de Beagle.

Le jour suivant nous prenons l’avion pour nous rendre à El Calafate. Son nom lui vient d’un arbuste à fleurs jaunes et aux baies noires proches de la myrtille, ville étape d’où l’on part pour visiter le parc naturel des glaciers. Après midi, visite d’une estancia, immense ferme qui peut compter 7000 têtes d’ovins, et le soir nous partageons les grillades de toutes sortes de viande.

Le jour suivant nous découvrons le spectaculaire glacier Périto Moreno qui se jette dans le Lac Argentino. Véritable monstre de glace, 30 km de longueur, 5 km de large et 80 m au dessus du niveau du lac. On le voit de loin, on l’entend de loin, il grince, gronde, et voilà qu’un bloc se détache et s’effondre avec fracas. C’est l’un des glaciers les plus vivants du monde à gagner de l’espace.

Les 4 jours suivants, accompagnés de Mathias guide local, nous partons randonner afin de découvrir le panorama sur l’ensemble du massif du Cerro Torre et du Fitz Roy. D’abord vers le belvédère du Pliegue Tumbado, puis nous marchons le long du río Blanco, nous grimpons vers la laguna de Los Tres, pour une vue impressionnante du Fitz Roy, dont le sommet nous domine de ses 3406m. Nous pouvons admirer la laguna Sucia, au pied des aiguilles Poincenot (3002 m) et Saint Exupéry (2558 m).

Nous traversons les forêts de lengas, arbres endémiques, nous admirons les petits souliers du lutin (Calceolaria biflora) puis nous longeons les anciennes moraines avant d’aboutir à la laguna Torre, dans laquelle se jette le glacier Torre. Le Cerro Torre jaillit de la masse des glaciers à 3 102 m. Puis nous découvrons un autre point de vue des Lagunes Azul et Verde, afin de voir sous un autre angle le Fitz Roy face nord.

Retour à El Calafate en bus.

Après avoir laissé une partie de notre paquetage à l’hôtel nous partons pour un trek de 7 jours, faire le célèbre circuit du « W », itinéraire du Torres Del Paine, encadrés par Mickaël guide local. Nous prenons le bus pour le Chili, et nous passons la frontière à Cerro Castillo. Nous arrivons à Pudeto au bord du Lago Pehoé pour prendre le catamaran mais un vent violent souffle si fort que la traversée est annulée. Soit nous retournions à El Calafate, soit nous marchions 5h pour rejoindre le refuge. Le dernier choix fut retenu. La marche s’est effectuée sans encombre malgré les bourrasques si fortes qui nous obligeaient à poser genoux à terre afin de se protéger.

Le Torres Del Paine est l’un des plus beaux espaces sauvages du Chili. La diversité de ses paysages, la richesse de sa flore, de sa faune, de ses lacs, de ses glaciers nous ont fait succomber et à chacun de le mitrailler sous tous les angles, Michel de s’extasier à chaque point de vue, Simone toujours à l’affût d’une nouvelle plante, d’une nouvelle fleur, Patricia à trouver le bon angle pour une photo inoubliable. Nous marchons jusqu’à l’énorme glacier Grey, directement issu du champ de glace sud de Patagonie, le 3ème plus grand glacier de la planète avec ses 16800 km² (après l’Antarctique et le Groenland ). Enfin, retour au camp Grey.

Le lendemain nous continuons l’ascension jusqu’au camp Los Guardas pour être à l’aplomb du glacier large de 5 km, long de 17 km et épais de 600 à 700m. Vraiment gigantesque, éblouissant. Nous contemplons les énormes icebergs se détacher et tomber dans le lac Grey avec fracas. La couleur bleutée si étincelante est le résultat d’une heureuse alchimie entre pression de l’air et jeux de lumière. Retour au refuge du Paine Grande.

Remontée de la vallée du Français, qui offre les plus belles vues sur le massif. Les 3 surprenantes cornes bicolores rivalisent de grandeur avec le glacier du Français.

Le sommet et la base révèlent des couches sédimentaires sombres prenant en sandwich un cœur de granit. Le soir, retour au Camp Frances.

Nous longeons le lac Nordenskjold, d’une étonnante couleur gris-vert, au pied du sommet Almirante Nieto. Le sentier est en montagnes russes… Les fuchsias abondent sur ce trajet. Retour au refuge El Chileno dans la soirée.

Nous continuons la remontée du Rio Ascensio dans les sous - bois puis nous longeons une immense moraine. Arrivée au lac des Torres au pied des trois tours (Torre de Agostini 2 850 m au sud, Torre Centrale 2800 m et Torre Monzino 2600 m au nord). Le panorama est si magnifique que nous décidons de prendre notre casse - croûte dans cet endroit fascinant. Nous repartons avec regret au refuge El Chileno.

Nous terminons notre périple par une petite randonnée dans un parc pour approcher au plus près les guanacos qui s’ébrouent et caracolent entre les touffes de graminées, croiser le renard en goguette et admirer le vol stationnaire du condor. Nous n’avons jamais pu observer le puma pourtant ce parc est son garde - manger tant le nombre de squelettes jonche le sentier.

Nous reprenons le bus pour Puerto Natales et profitons de la soirée pour une petite visite.

Le lendemain retour en Argentine à l’hôtel d’El Calafate et visite de la lagune de Nimez afin d’observer de nombreux oiseaux et flamants roses.

Transfert à l’aéroport pour trois vols intérieurs successifs: El Calafate – Puerto Iguazu (Argentine),( via Ushuaïa et Cordoba).

Nous passons toute une journée à admirer les fabuleuses chutes d’Iguazu (grande eau) avec comme guide le Consul Français. Plus de 200 chutes se pressent ici dans un grondement assourdissant, sur un front de 2700 m dévalant au cœur d’une végétation tropicale exubérante. Des coatis nous accompagnent. Il fait 30°. Approche au plus près grâce à des passerelles jusqu’à la Garganta del Diablo (La gorge du Diable). Nous sommes ébahis par ce ballet incessant de centaines de martinets si fragiles qui percent ce rideau d’eau si puissant afin de se mettre à l’abri des prédateurs et de nourrir leurs petits en toute tranquillité.

Après une nuit sous une pluie diluvienne nous effectuons la visite des chutes du côté brésilien avec un plan d’ensemble plus spectaculaire aux couleurs marron ocre roux.

L’après-midi, avec déchirement, nous prenons le vol intérieur au départ de Puerto Iguazu (Brésil) vers Rio. Connexion sur le vol vers Lyon (via Francfort) avec dans la tête un autre projet de voyage…

La Patagonie résonne comme autant de promesses de grands espaces et de dépaysements.







CLUB ALPIN FRANCAIS ANNONAY
CLUB ALPIN FRANÇAIS D'ANNONAY
2 RUE DU BARIL
07100  ANNONAY
Permanences :
vendredi 18h00 19h30
Activités du club